Just another WordPress site

Author: Judd Bailey (Page 2 of 3)

La coordination pour le changement de mentalités sensibilise les routiers dans la capitale congolaise

D’après les médias congolais, la présidence de la République a pu lancer le 8 juin dernier, toute une campagne de sensibilisation au civisme pour les utilisateurs de routes des deux Congo par l’intermédiaire de sa coordination pour le changement de mentalités. La campagne intitulée “Entendez, conducteurs, respectez le code de la route”, Mokumbi tosa mibeko ya Nzela, entre dans le cadre du projet mise en place par la Coordination pour le changement des mentalités.

Campagne de sensibilisation des utilisateurs des routes

Intitulée Tika, la campagne nationale qui s’inscrit dans la stratégie générale mise en place par la coordination pour le changement de mentalités, a été partagée sur plusieurs panneaux à travers la capitale, Kinshasa 

Tika signifiant en congolais abandonnez ou cessez, invite les utilisateurs de la route dans le pays à se délester des mauvaises pratiques, habitudes et mentalités. Avec le soutien des collaborateurs, la coordination pour le changement de mentalités a pu mobiliser sept cents bénévoles afin que la campagne, Entendez, conducteurs, respectez le code de la route, ait lieu du 8 juin au 8 septembre 2021. Par l’intermédiaire, d’une évaluation effectuée chaque quinzaine, par la mise en place de plusieurs sondages, la campagne interviendra afin de sanctionner négativement ou positivement au niveau des acteurs du secteur routier responsable dans la sensibilisation. Ces derniers sont essentiellement les conducteurs des taxis, les agents de la Police de circulation routière, ainsi que les usagers de la route et des motos taxis. 

Des bénévoles pour assurer la sensibilisation au civisme routier

Le lancement de cette campagne émane d’un constat découlant de l’incivisme pratiqué au niveau des routes et les embouteillages qui pourrissent la vie des habitants des grandes villes congolaises essentiellement la capitale Kinshasa.

Selon le gouvernement sur la route il y a trop de hors la loi qui ne font qu’aggraver les embouteillages, induisant un désordre et un grand blocage au niveau des voies durant plusieurs heures.

Par l’intermédiaire de son service spécialisé, la présidence de la République a pu former plusieurs bénévoles afin de garantir la sensibilisation au civisme routier. Justin Bendesane et Jacques Kambala, les adjoints du coordinateur Jacques Kangudia, se sont déployés, mardi dernier dans les différents quartiers de la capitale afin d’assurer l’effectivité de ce travail pédagogique avant d’entamer des procédures de sanction. Vous pouvez découvrir les actualités congolaises en visitant le journal de l’Afrique.

Congo-Brazzaville : 3.6 millions d’euros ont été mobilisés pour la gestion forestière

Au total, plusieurs projets ont été lancés aux deux Congo grâce à l’intervention de la gouvernance forestière, de la promotion des droits des communautés autochtones et riveraines. Selon les médias locaux, les quatre projets ont pu bénéficier d’un financement de plus de deux milliards de FCFA obtenu grâce à l’intervention de l’Union européenne qui contribuera au développement de ces projets durant les trois prochaines années.

Les projets pour la gestion forestière

Près de quatre projets locaux concernant la promotion des droits des communautés autochtones et riveraines ainsi que la gouvernance forestière ont pu profiter d’un financement de l’Union européenne. Les médias africains tels que le journal de l’Afrique ont assuré que les initiateurs de ces projets sont essentiellement les organisations de la société civile locale qui œuvrent dans les différentes régions forestières au sein des communautés qui se caractérisent par leur dépendance des ressources naturelles.

Le financement de l’Union européenne de ces projets durant les trois prochaines années s’inscrit dans le cadre du Programme d’appui à la gouvernance forestière. Ce dernier profite d’un financement au titre du 11e fonds européen de développement dont l’accord a été signé durant le mois de mars dernier entre l’UE et le gouvernement congolais.

Le 4 juin dernier, dans la capitale congolaise, durant la traditionnelle cérémonie organisée afin de présenter les nouveaux projets qui ont profité du financement de l’Union européenne, les différents acteurs du secteur privé et l’OSC ont pu renouveler leurs engagements dans le perspectif de veiller sur le développement durable, de la transparence, ainsi que le partage des bénéfices de la gestion forestière tout en intégrant les communautés riveraines.

L’édition 2021 des projets verts 

Le thème de la présentation des projets verts de l’édition 2021, porte sur le renforcement de l’action inclusive de l’Union européenne au profit de la protection de l’environnement. L’un des projets qui profite du soutien financier de l’UE est l’aire protégée au sein de Messok Dja se trouvant au sein du département de la Sangha.

œuvrant sous la direction de l’organisation non-gouvernementale Nature+ en association avec le Cercle des droits de l’homme et du développement et l’Association des communautés autochtones et locales des zones forestières du Congo, le projet devra inclure plusieurs pratiques intégrant les communautés autochtones et locales.

Congo-Brazzaville : la nouvelle édition du salon des entreprises innovantes

La capitale congolaise vient d’assurer le 5e salon Internationale de la technologie et de l’innovation, intitulé Osiane. Cette cinquième édition constitue une vraie vitrine pour plusieurs sociétés des deux Congo, dont les start-ups qui ont été majoritairement touchées de plein fouet par la propagation de la maladie virale, le Coronavirus induisant une crise sanitaire. Ces sociétés du Congo-Brazzaville, ont pu présenter leurs produits tout en tentant de renouer des partenariats avec d’autres grandes entreprises. 

En outre, les organisateurs invitent les autorités congolaises à s’adapter à l’ère du numérique.

Les sociétés privées ont profité du salon des entreprises innovantes 

Responsable de communication de l’entreprise Digipay, Julia Ganguia a profité de la 5e édition du salon des sociétés innovantes afin de présenter sa start-up qui est spécialisée dans le transfert d’argent né en pleine crise sanitaire.

La jeune dame a affirmé, que l’entreprise assure l’approvisionnement des comptes mobiles et bancaires à l’international. Pour les pays européens, les bénéficiaires peuvent recevoir de l’argent en temps réel sur leurs comptes bancaires. Pour les pays d’Afrique de l’ouest les bénéficiaires peuvent recevoir sur leurs comptes Orange.

Selon l’analyse de la responsable de communication de l’entreprise, Digipay devra se développer encore plus après la crise sanitaire, vu la situation handicapante de la fermeture des frontières.

L’entreprise congolaise Skytech, qui est spécialisée dans la mise en place des systèmes de sécurité, est bien plus qu’une start-up. Elle a bien gagné des marchés durant cette période assez critique de l’expansion du Coronavirus.

D’après le directeur de Skytech Congo, Arnaud Aken Elion, l’entreprise a été sélectionnée parmi plusieurs d’autres start-up afin d’assurer la sécurité des frontières du pays.  

En effet, suite à la demande du président Denis Sassou Nguesso, les caméras de l’entreprise Skytech assurent la sécurité des frontières au niveau des ports et des aéroports congolais.

Selon les responsables des différentes entreprises congolaises, il est temps que le pays mise sur une croissance qui se fonde sur le numérique.

Consultez le programme de la 5e édition du salon des sociétés innovantes ici.

Denis Sassou Nguesso nomme un nouveau Premier ministre

Trois jours après que le président Congolais Denis Sassou Nguesso avait nommé Anatole Collinet Makosso en tant que nouveau Premier ministre reprenant ainsi le flambeau de Clément Mouamba, le nouveau chef de gouvernement, a annoncé sa nouvelle équipe gouvernementale. Parmi les membres nommés, on peut citer le responsable de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale et Denis Christel Sassou Nguesso.

La nouvelle équipe gouvernementale au Congo 

Comptant plus de 36 membres, la nouvelle équipe gouvernementale congolaise est constituée de huit femmes, ainsi que quatre ministres d’État.

D’après l’actualité congolaise partagée dans les différents médias des deux Congo, 11 personnalités devront faire leur entrée au sein du gouvernement congolais. Il est important de mentionner que le Congo-Brazzaville a plusieurs défis socio-économiques à relever.

Parmi les entrées les plus remarquables au sein du gouvernement, on peut citer celle du fils du président Denis Christel Sassou Nguesso, qui a été nommé à la tête d’un nouveau portefeuille ministériel, chargé de la promotion du partenariat privé-public et de la Coopération internationale. 

Étant cadre dirigeant de la société nationale pétrolière du Congo, ainsi que l’ancien député, Denis Christel Sassou Nguesso bénéficie d’un réseau important. 

Par ailleurs, le nouveau gouvernement sera marqué par la présence de Honoré Sayi, à la tête du ministère de l’Energie et de l’Hydraulique. Président du groupe parlementaire d’opposition de l’UPADS au niveau de l’Assemblée nationale et député, Honoré Sayi est avant tout un enseignant en philosophie. Il a aussi été à la tête du groupe parlementaire du premier parti d’opposition congolais, l’UPADS.

Le ministre du Budget et des Finances revient au cadre de banque, Rigobert Roger Andély. Ce dernier a déjà été nommé, entre 2005 et 2002 dans le même poste. En plus de négocier avec le Fonds monétaire international, le nouveau ministre devra aussi traiter le dossier urgent portant sur les retraites impayées.

Parmi les personnalités qui ont été remerciées, on peut citer Henri Djombo qui a occupé le poste du ministre sans discontinuité depuis 1997.

Anatole Collinet Makosso, le Premier ministre, a pu recevoir pour consigne de mettre son équipe au travail le plus tôt possible.

Suivez les actualités du nouveau gouvernement congolais en consultant le journal de l’Afrique.

Congo-Brazzaville : le nouveau gouvernement voit le jour

Le chef d’Etat du Congo, Denis Sassou Nguesso a pu nommer un nouveau gouvernement après la démission du Premier ministre, Clément Mouamba, ainsi que son gouvernement, le 4 mai dernier. Selon les dernières informations révélées par les médias locaux, le fils du président fera partie de ce nouveau gouvernement, tout comme un membre de la principale formation d’opposition.

Le nouveau gouvernement congolais 

D’après les médias des deux Congo, la nouvelle équipe qui constitue le nouveau gouvernement congolais compte plus de 36 membres dont 8 femmes et quatre ministres d’Etat. Selon les informations révélées, les onze personnalités qui devront faire leur entrée au sein de ce nouveau gouvernement, on peut citer Honoré Sayi, le célèbre enseignant en philosophie qui a occupé le poste de président du groupe parlementaire de l’UPADS, la première formation d’opposition au Congo, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale, sera à la tête du ministre de l’énergie et de l’Hydraulique. En outre, le fils du président, Denis Christel Sassou Nguesso, devra prendre le nouveau portefeuille de la promotion du partenariat public privé et de la Coopération internationale.

La nouvelle équipe gouvernementale dirigée par le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso constitue la première du nouveau mandat de Denis Sassou Nguesso, qui a plusieurs années à la tête du pays. Le nouveau Premier ministre a reçu la consigne de mettre au travail la nouvelle équipe sans délai. Il est important de mentionner que le nouveau gouvernement est tenu de relever les différents défis sociaux dont le règlement de plusieurs trimestres arriérés des pensions de retraite ainsi que les bourses des étudiants congolais.

Les objectifs du nouveau gouvernement 

le journal de l’Afrique

La relance des différentes négociations avec le Fonds monétaire international ainsi que la question de la dette publique qui a atteint plus de 87 % du PIB avant la propagation du Coronavirus en 2020, font partie des différents défis économiques du nouveau gouvernement. En effet, ayant une économie qui est directement dépendante des recettes du pétrole (enregistrant plus de 85 % des exportations), le Congo-Brazzaville a souffert économiquement de la chute des cours pétroliers enregistrée en 2014 avant d’être durement affecté par l’expansion de la maladie virale.

Congo-Brazzaville : le pays constitue le deuxième plus grand partenaire commercial du Togo dans la région

Le président togolais Faure Gnassingbé a effectué le 14 mai dernier une visite d’amitié et de travail auprès de son homologue, Denis Sassou Nguesso. Cette visite constitue la troisième en seulement quatre mois. En effet, les deux présidents se consultent régulièrement afin d’évoquer les différentes questions africaines.

Les accords de partenariat entre les deux pays

Malgré que les échanges commerciaux n’occupent pas toujours le premier plan des sujets évoqués lors des rencontres entre Brazzaville et Lomé, les deux pays ont pu signer en août 2020 un accord d’exemption réciproque de visa diplomatique ainsi que deux importants accords de coopération économique.

Le premier établit une relation entre les ports de Pointe-Noire et de Lomé alors que le second institue le partenariat entre les chambres de commerce respectives des deux pays.

Ces accords, qui constituent des instruments juridiques liant les deux pays, visent essentiellement à booster les différents échanges économiques, ainsi que les relations entre les deux Congo, qui constituent le second marché d’exportation du Togo au niveau de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, et les secteurs privés togolais.

Durant les 5 prochaines années, la balance commerciale entre le Togo et le Congo est en faveur du premier.

Ayant un volume de 2 milliards de FCFA en 2015, les différentes exportations togolaises vers le Congo ont pu doubler ces dernières années afin d’atteindre un pic de 5 milliards de FCFA. Néanmoins, le volume des exportations s’est effondré à cause essentiellement de la crise socio-politique qu’a pu connaître le Togo, selon l’interprétation des différents analystes dans le domaine. 

L’économie congolaise a été touchée par la pandémie 

Suite à la reprise des exportations du Togo vers le Congo-Brazzaville, à la hausse en 2018, les exportations ont pu enregistrer plus de 1.4 milliards de FCFA à la fin de 2019 à la veille de la propagation de la pandémie du Coronavirus qui a induit l’arrêt mondial de l’économie.

Selon les économistes, dans un contexte de relance de l’économie mondiale qui a été un peu timide après la propagation du Coronavirus, les deux pays n’ont pas pu entrevoir une reprise quantitative des échanges commerciaux. Il est important de mentionner que la pandémie a causé la chute des différents cours mondiaux du pétrole, induisant une récession de plus de 7 % en 2020 dans l’économie congolaise. Selon les perspectives économiques du pays d’Afrique centrale révélées par le BAD, le Congo ne devrait enregistrer qu’une croissance de 1 % en 2021. 

Ayez plus d’informations concernant les actualités africaines en consultant le site Web du journal de l’Afrique.

Coronavirus : Pékin vient en aide à Dakar

Les autorités sénégalaises devraient recevoir, durant le week-end prochain, plus de 300 000 doses du vaccin contre la maladie virale, le Coronavirus, Sinopharm, ainsi que plus de 300 000 seringues avec aiguilles offertes par la Chine. Ce don qui fait partie du projet de soutien sanitaire qu’à mis Pékin afin de venir en aide à Dakar, permettrait d’éviter au Sénégal de payer plusieurs milliers de dollars selon le convertisseur de CFA, afin d’acquérir les vaccins contre le Coronavirus.

La Chine apporte son soutien au Sénégal

La Chine apporte un coup de pouce significatif, en assurant dans un communiqué officiel de bien vouloir accompagner le Sénégal dans sa lutte contre l’expansion du Covid-19 dans le pays. Grâce à ce don, Pékin réaffirme sa solidarité et son amitié à l’égard de Dakar tout en affirmant son attachement à la coopération qui existe déjà entre la deuxième puissance mondiale et le continent africain.

Au niveau des réseaux sociaux, le président sénégalais n’a pas hésité d’affirmer son appréciation de ce geste de Pékin en remerciant vivement son homologue chinois. 

Il est important de mentionner que Pékin est le premier Etat à permettre d’envoyer au Sénégal plus de 200 000 doses du vaccin contre le Coronavirus. Ce lot avait permis au gouvernement sénégalais de pouvoir lancer sa campagne de vaccination dès le 23 février dernier.

le journal de l’Afrique

Un vaccin en plus pour lutter contre le Covid-19

Le 7 mai dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé a pu homologuer, le vaccin produit par la Chine par les laboratoires Sinopharm contre le Covid-19. D’après l’institution de la santé, l’ajout de ce vaccin sur le marché permettra d’accélérer plus rapidement l’accès aux vaccins contre le Coronavirus.

Selon l’OMS, Sinopharm constitue le sixième vaccin à avoir été recommandé par l’institution mondiale suite à l’analyse de sa qualité, son efficacité et sa sécurité. Jusqu’à ce jour, le Sénégal a pu recenser plus de 40 762 cas positifs de covid-19 pour 1121 décès, tandis que plus de 431 462 personnes ont été vaccinées contre le maladie virale du Coronavirus.

Selon les médias locaux, le chef de l’Etat Macky Sall a réagi à l’annonce effectuée par les autorités chinoises suite à la décision d’envoi de plus de 300 000 doses de vaccin Sinopharm au Sénégal. En effet, le président a tenu à magnifier les relations entre son pays et la Chine en affirmant qu’il a apprécié ce geste de solidarité de Pékin qui vient appuyer les différents efforts du Sénégal dans la lutte contre la propagation du Coronavirus.

Sénégal œuvre à disposer des vaccins anti-coronavirus malgré la pénurie

D’après les médias nationaux, les autorités sénégalaises travaillent d’arrache-pied afin de permettre aux citoyens sénégalais de disposer des vaccins anti-coronavirus, et ce, malgré la pénurie internationale. 

Découvrez les actualités sénégalaises en visitant le site officiel du Journal d Afrique.

Le Sénégal vise à vacciner le maximum de personnes d’ici l’été

S’adressant aux citoyens sénégalais à l’occasion de la célébration de la fête de l’Aïd el Fitr qui marque la fin du mois de jeûne chez les musulmans, le président du Sénégal Macky Sall a tenu à remercier l’initiative Covax, ainsi que le gouvernement chinois qui a permis aux sénégalais d’accéder aux vaccins anti-coronavirus, et ce, malgré la pénurie internationale.

Le président a tenu à saluer la solidarité internationale qui s’est traduit avec l’initiative diplomatique de la Chine ainsi que l’initiative Covax en faveur du Sénégal.

Il est important de souligner que la maladie virale du Coronavirus n’est pas encore vaincue au Sénégal, malgré que les nombres de cas ont enregistré une décélération durant ces dernières semaines.

Selon le chef de l’Etat, il faut savoir que les variants circulent dans plusieurs pays du monde et il est essentiel que les citoyens sénégalais soient vigilants tout en continuant à respecter les gestes barrières, et de vacciner les personnes ciblées.

Dans ce sens, l’initiative Covax a permis au pays de contribuer à la vaccination de plus de 300 000 doses de vaccins anti-coronavirus.

Le don du gouvernement chinois 

Durant le mois de février 2021, le Sénégal a pu recevoir les premiers lots de doses du vaccin produits par les laboratoires chinois Sinopharm. En effet, grâce à ce don, le Sénégal est devenu le premier pays de l’ouest-africain qui a pu lancer la campagne nationale de vaccination.

D’après les données révélées par le gouvernement sénégalais, le pays devra recevoir des autorités chinoises, un don constitué de plus de 300 000 doses de vaccin contre le Coronavirus d’ici la fin de cette semaine.

Dès l’apparition de la maladie virale dans le pays, le gouvernement a pu recenser plus de 40 000 cas positifs dont 1 122 décès et 30 501 guérisons.

En outre, le nombre de personnes vaccinées dans le pays s’élèvent à présent à 431 900 dans le pays.

Consulter les nouveaux taux de CFA en découvrant le convertisseur dollar en cfa.

Les changements majeurs durant Ramadan 2021 alors que les mosquées annoncent les restrictions de Covid sur les prières

Le mois de Ramadan 2021 sera très différent des ramadans précédents, des changements majeurs ont été annoncés pour le mois de jeûne après plusieurs discussions entre les dirigeants musulmans et les hauts responsables de la santé.

Les restrictions durant le mois de ramadan 2021

Dans le cadre de la feuille de route pour sortir du confinement, les restrictions s’assouplissent progressivement avec la prochaine étape le lundi 12 avril – juste à la date du début du mois de ramadan 2021.

Le 12 avril marque le début de l’étape 2 de la feuille de route et verra la réouverture des magasins non essentiels, des salons de coiffure et des salons de tatouage, ainsi que des gymnases, des attractions extérieures et des centres communautaires. De plus, davantage de personnes sont autorisées à assister aux mariages et aux funérailles. Alors qu’en est-il des événements religieux et des festivals ?

Sous le verrouillage national, les lieux de culte sont restés ouverts. Les gens sont autorisés à assister aux offices dans les églises, les temples, les mosquées, les gurdwaras, les synagogues et autres lieux similaires d’une manière conforme aux règles gouvernementales.

Cela signifie que les gens de différents ménages (ou bulles de soutien) ne doivent pas se mélanger lorsqu’ils participent à un culte communautaire – ou pour tout culte célébré dans leur propre maison.

À la suite de ces directives, des changements majeurs seront apportés au respect du mois saint en islam, Ramadan cette année.

Kamran Hussain, directeur général de Green Lane Masjid and Community Centre (GLMCC) à Small Heath, Birmingham, a déclaré qu’ils mettaient en place de nouvelles mesures pour le mois sacré du Ramadan.

Le neuvième mois du calendrier islamique est marqué par le jeûne tous les jours pendant la journée, ainsi que par des prières et des repas spéciaux.

M. Hussain a déclaré à Birmingham Live : «Pour notre mosquée, nous nous sommes mis en liaison avec Public Health England et d’autres mosquées pour convenir de mesures de sécurité pour le Ramadan. Comme vous le savez, les mosquées ont été fermées le Ramadan dernier, ce qui a été un coup dur pour beaucoup. Cette année, nous nous attendons à une résurgence, mais toutes les mosquées continueront à adhérer à la distanciation sociale et à d’autres mesures de précaution, ce qui réduira considérablement la capacité et le nombre.

Ramadan 2021 : Dubaï annonce les directives pour les prières dans les mosquées

Selon les dernières décisions révélées par le gouvernement, la durée maximale des prières du soir de Isha et du Tarawih dans les mosquées serait limitée à 30 minutes durant le mois de ramadan 2021. Une série de directives obligatoires pour les fidèles qui souhaitent assister aux prières dans les mosquées de Dubaï pendant le mois sacré du Ramadan, a été annoncée. 

Les nouvelles mesures à respecter dans les mosquées

Le Département des affaires islamiques et des activités caritatives de Dubaï a déclaré que les prières Isha et Tarawih peuvent être effectuées dans les mosquées dès la date du début du mois de ramadan 2021, à condition que les fidèles respectent les consignes de précaution, notamment le port de masques faciaux et le maintien de la distance physique.

Al Shaibani a en outre déclaré que ces directives faisaient partie des différentes mesures mises en place par le Comité suprême de gestion des crises et des catastrophes de Dubaï. Toutes les mosquées de Dubaï seront fréquemment stérilisées tout au long de la journée pendant le mois saint en islam afin d’assurer la sécurité sanitaire et la prévention de toute contamination.

La durée maximale des deux prières dans les mosquées a été plafonnée à 30 minutes. En outre, les fidèles qui prient dans les mosquées doivent apporter leurs propres tapis de prière et doivent éviter strictement les poignées de main et toute autre salutation physique qui enfreint les protocoles de distance physique. Ils doivent également maintenir une distance de sécurité par rapport aux autres fidèles, guidés par des autocollants au sol.

Le Dr Hamad Al Sheikh Ahmed Al Shaibani, directeur général de l’IACAD, a déclaré : « Le sureffectif dans les mosquées ou dans son enceinte est strictement interdit. La durée des prières reste la même que celle annoncée précédemment. Cependant, les prières d’Isha et de Tarawih sont plafonnées à 30 minutes (y compris l’appel à la prière et l’Iqama). Les mosquées seront fermées immédiatement après la fin de ces prières. »

Les conférences des imams sont suspendues 

Les conférences et séminaires dans les mosquées restent toutefois suspendus. Cependant, les fidèles ont la possibilité d’assister virtuellement à des conférences. Il est également conseillé aux fidèles de lire le Coran à l’aide d’appareils intelligents à l’intérieur des mosquées.

Le département évaluera la situation avant de prendre une décision sur les Qiyam-ul-layl (prières de fin de soirée) exécutées au cours des dix derniers jours du Ramadan. Le Comité suprême mettra à jour ses lignes directrices à cet égard.

« Older posts Newer posts »

© 2021 la ligne de flo

Theme by Anders NorenUp ↑