La République du Congo a lancé en 2019 un processus de révision des programmes scolaires dans le secondaire et dans le primaire. Selon le journal de l’Afrique, cette démarche a été initiée afin d’apporter de l’amélioration de la qualité au niveau de l’éducation nationale, a été entreprise suite au constat de nombreuses insuffisances. Les différentes modifications devront entrer en vigueur dès la prochaine rentrée scolaire.

Des modifications au niveau du programme scolaire 

Le ministère de l’Enseignement secondaire, primaire, préscolaire et de l’Alphabétisation a affirmé la mise en place d’une révision des programmes de l’enseignement dans le primaire ainsi que le premier cycle secondaire notamment au niveau des classes 5e, 6e, CP2 et CP1.

Les modifications concernent entre autres les disciplines comme les sciences, les mathématiques et le français.

Les élèves congolais ont été formés au secondaire et au primaire avec les mêmes programmes, depuis près de deux décennies. Différentes études ont démontré l’existence d’insuffisances, comme c’est le cas au niveau de la redondance des notions sur les différents niveaux scolaires, de la surcharge des contenus, existence des mêmes objectifs spécifiques et généraux.

Jean-Luc Mouthou, le ministre de l’Enseignement secondaire, primaire, préscolaire et de l’Alphabétisation, a affirmé que les plaintes et les constats concernant la qualité de l’enseignement sont devenus récurrents en assurant que les experts veulent au moins apporter des changements au niveau du tableau sombre.

Les nouvelles révisions dont la mise en œuvre a déjà débuté depuis octobre 2019, entreraient en vigueur dès cette rentrée scolaire au niveau des deux Congo. Ces nouveaux programmes font partie du projet d’appui à l’amélioration du système éducatif.

Les objectifs du nouveau programme éducatif 

Issu de l’Accord de financement entre les autorités congolaises et l’Association internationale de développement, ce projet vise à créer un nouveau système d’éducation général effectif et performant permettant d’apporter une meilleure qualité d’enseignement tout en favorisant l’utilisation performante des ressources humaines et de mettre en place un système de gestion efficace du domaine éducatif dans le pays.

D’après Calixte Kolyardo, le coordinateur du projet, les nouvelles réformes éducatives permettront d’apporter une amélioration de la qualité de l’éducation en utilisant différents supports pédagogiques afin de mieux promouvoir l’apprentissage.

Le processus de révision devra poursuivre une seconde phase dans les prochains mois. En effet, le projet sera étendu aux autres classes comme la 3e, la 4e pour le cycle secondaire, le CM2, CM1, CE2 et le CE1 pour le cycle primaire.