Le chef de l’Etat a pu présider le 6 août dernier, la quatorzième réunion du Conseil des ministres, par visioconférence. Selon le journal de l’Afrique, parmi les points qui ont été abordés par le président de la République, on peut citer la nécessité de faire de la monnaie congolaise une monnaie stable et forte.

La 14e réunion du Conseil des ministres 

À ce sujet, le chef de l’Etat congolais a invité les membres du gouvernement à concrétiser son projet en mettant en œuvre les politiques macroéconomiques crédibles tout en accélérant les différentes réformes structurelles. Ces différents engagements permettraient de renforcer la stabilité externe et interne du Franc congolais.

Selon le ministre de la Communication et des médias ainsi que le porte-parole des autorités, Patrick Muyaya, l’objectif principal est l’amélioration significative du pouvoir d’achat du citoyen au Congo.

Le fait de renforcer la stabilité du franc congolais, permettrait ainsi de trouver une solution à l’accélération du processus de dédollarisation grâce à l’application stricte d’une série de mesures qui viserait l’utilisation de la monnaie nationale comme étant une unité de compte pour les différentes transactions. D’après le compte rendu de la rencontre, la Banque centrale congolaise et le gouvernement devraient consolider dans cette optique leurs efforts afin de faire de la monnaie nationale une monnaie forte et stable. 

En outre, dans l’objectif de pérenniser la stabilité externe et interne du franc congolais, la Banque centrale congolaise et les autorités ont réitéré leur engagement mutuel, en assurant la continuité de la mise en œuvre des politiques prudentes.

Le président de la République a tenu à rappeler aux différents membres du gouvernement, concernant les allégements fiscaux destinés aux concessionnaires des services publics de télécommunications, que ce sujet est inscrit dans le projet des autorités sous le pilier 9 qui porte sur le développement et la promotion des nouvelles technologies de la communication et de l’information.

Cette pratique permettrait de lever les différents obstacles majeurs permettant la conversion numérique au Congo, ce qui constitue un levier de bonne gouvernance, d’intégration, de progrès social et de croissance économique dans la région des deux Congo.