Selon le journal de l’Afrique, le leader du Patriotes africains du Sénégal pour le travail, essaie de se faire une place en étant présent que ce soit sur les réseaux sociaux ou en implantation locale et en essayant d’être actif grâce au lancement d’une nouvelle coalition. En effet, après six mois de son arrestation, suite à sa participation aux violentes manifestations, Ousmane Sonko se prépare activement pour les prochaines élections.

L’opposant veut se faire une place

Ousmane Soko souhaite tisser sa toile politique afin de se frayer un chemin pour les prochaines élections présidentielles au Sénégal. Six mois après son arrestation suite à sa participation aux violentes manifestations en mars dernier, suivi de la plainte pour viol, l’opposant sénégalais, Oussmane Sonko, continue d’avancer ses pions. Présence régulière au niveau des réseaux sociaux, lancement d’une coalition et implantation locale de son parti, l’opposant sénégalais qui est arrivé troisième aux dernières élections présidentielles de 2019, essaie de se frayer une place au sein du paysage politique.

Ousmane Sonko sait que les prochaines élections locales qui auront lieu durant le mois de janvier 2022, seront les prochaines échéances clé. Dans cette perspective, l’opposant a assuré son accord de prêter au jeu des alliances qui sont incontournables dans la vie politique au Sénégal. Ainsi, début septembre, il a annoncé la coalition du parti Libérez le peuple avec le parti de Khalifa Sall, l’ancien maire de Dakar, ainsi que le parti de chef religieux Serigne Moustapha, le Parti de l’unité et du rassemblement.

Le membre fondateur du parti les Patriotes du Sénégal pour le travail d’Ousmane Sonko, Bassirou Diomaye Faye, depuis l’an 2000 toutes les alternances ont été des victoires de coalitions, afin de pouvoir gagner il est obligatoire de s’unir.

Les risques de l’alliance

Le choix de la coalition n’est pas sans risque pour celui qui a tenu à construire son succès sur la critique continue de la classe politique en la qualifiant de corrompue. Selon l’analyste politique Abdou Khadre Lo, bien qu’il continue de se présenter en tant qu’anti-système dans ses discours, dans la réalité, il est moins radical et il a démontré qu’il est prêt à faire des alliances avec d’autres partis traditionnels afin qu’il puisse accéder au pouvoir. Il a affirmé que l’opposant a été rattrapé par la realpolitik.

Il est important de mentionner que le parti de Ousmane Sonko qui a été créé en 2014 n’a pas réellement de véritable maillage territorial.