Selon les dernières décisions révélées par les autorités du royaume, durant le mois de ramadan 2021, il n’y aura pas de petit pèlerinage (Omra) pour les fidèles de la communauté musulmane qui réside hors d’Arabie Saoudite. En effet, le gouvernement a assuré que les frontières du pays ne seront ouvertes qu’en 17 mai prochain.

Pas de Omra avant le 17 mai prochain

Suite à la décision du gouvernement en Arabie Saoudite de reporter l’ouverture de ses frontières qu’en 17 mai 2021, les musulmans qui ne résident pas dans le pays ne peuvent définitivement pas faire une Omra dans les lieux saints durant le mois de jeûne 2021. Il est important de mentionner qu’un premier communiqué du gouvernement a pu préciser que les frontières du pays seraient réouvertes fin mars afin de pouvoir accueillir les fidèles qui espéraient effectuer une Omra durant le mois saint en islam, le mois très prisé à cet effet.

Alors que la date du début de ramadan 2021 serait le 13 avril 2021, l’autorité générale de l’aviation civile saoudienne a affirmé au niveau de son communiqué officiel destiné aux différentes compagnies aériennes qui desservent les aéroports du pays, que aucun vol international ne sera autorisé à atterrir avant le 17 mai prochain. Ce communiqué a mis un terme à toute spéculation des dates d’ouverture des frontières du royaume.

Selon les autorités, ce report de la date d’ouverture des frontières entre dans le cadre de la lutte contre une nouvelle propagation de la pandémie dans le pays, permettant ainsi l’évolution de la campagne de vaccination afin que la population puisse atteindre une large immunité collective avant ouverture des frontières.

Est-ce que le pèlerinage, hajj serait maintenu ?

Selon les professionnels et les agences proposant le Hajj, cette décision de report de la date d’ouverture des frontières du royaume impacterait directement sur l’organisation de la saison de hajj pour l’année 2021. Les professionnels assurent que les délais d’organisation de la saison sont très courts, par conséquent l’organisation d’un hajj pour 2021 est quasi impossible.

D’après l’un des responsables du ministère de l’Intérieur, le pays vise avant tout à maintenir un taux d’infection à un niveau assez faible.

Il est important de mentionner que la réouverture des frontières ne concerne pas les 20 pays qui sont jugés à haut risque comme la France.