Parmi les anciens enfants soldats au niveau des deux Congo, plusieurs sont devenus des tailleurs, coiffeurs et des commerçants, alors que d’autres en sortant juste des groupes armés congolais veulent devenir professeur ou agriculteur, toutefois certains ont du mal à retrouver leur place dans la vie civile congolaise qui est faite de pauvreté et de chômage.

L’avenir des enfants soldats congolais 

Selon le superviseur du centre d’orientation et de transit de l’ONG se trouvant à Goma, hébergeant des enfants entre 17 et 10 ans faisant partie des groupes armés, dans ces centres, on essaye de leur enseigner la bonne conduite, à écrire et à lire. En outre, Clément Kahindo affirme que ces enfants font de la vaisselle, du jardinage, de la vannerie et du dessin au sein de ces centres destinés aux enfants défavorisés. Dans ces centres, les surveillants leur font apprendre des métiers, mais pas tout le temps. Le superviseur assure que les différents centres d’orientation manquent réellement de fonds pour garantir une réinsertion socio-économique. Par ailleurs, Kahindo est heureux et fier à l’évocation de ces jeunes à qui plusieurs lui doivent leur nouvelle vie et leur nouveau départ en tenant un salon de coiffure ou en devenant couturier.

Des enfants qui ont vécu le pire 

Le superviseur constate qu’il est important qu’ils puissent s’occuper puisque ces enfants ont dû connaître des horreurs, ils ont tué et ont vu tuer plusieurs personnes, telles que cet adolescent qui a dû enterrer des gens vivants. Les plus petits sont très souvent utilisés pour l’espionnage, le bois, l’eau et la cuisine toutefois selon le chargé de programme des centres d’orientation et d’insertion, Faustin Busimba, les enfants qui ne restent que trois et deux ans dans un groupe armé vont au front.

Durant les années 90, ces enfants soldats appelés les Kadogos étaient plusieurs au sein des troupes de Laurent Désiré Kabila, qui a pu renverser en 1997 Mobutu. Actuellement, l’armée, officielle congolaise n’apparaît pas sur la liste noire des organisations qui utilisent les enfants soldats.

Néanmoins, d’après l’organisation pilotée par le domaine Protection de l’enfance de la Mission de l’Unicef et l’ONU, le task force sur les conflits et les enfants armés au Congo, la liste énumère plus de 13 groupes armés parmi les 140 écument se trouvant essentiellement à l’est du République démocratique du Congo depuis plus d’un quart de siècle.

Selon les dernières statistiques effectuées par la section spécialisée de la Monusco, le nombre d’enfants faisant partie à ces groupes est très difficile à être évalué, toutefois, il se situe entre 5 000 et 3 000 chaque année. Selon le Cajed, entre 5 et 10 % sont des filles. Découvrez les actualités des enfants soldats en consultant ce site web.