D’après le journal de l’Afrique, les familles de victimes du naufrage du bateau Joola demandent la prise en charge des orphelins et de la construction d’un mémorial Le Joola. Dimanche dernier, les familles des victimes ont réaffirmé leur exigence de voir le bateau renfloué.

Le naufrage du Joola 

Le 26 septembre 2002, l’embarcation avait chaviré dans les eaux de la Gambie induisant plus de 1863 morts d’après un décompte officiel des autorités sénégalaises.

Le président du Collectif de familles de victimes, Boubacar Bâ, a affirmé que la douleur des familles des victimes ne pourra s’estomper tant que le gouvernement n’a pas renfloué le bateau. Il a aussi affirmé que les parents des victimes ont le droit que leur enfant se repose dans un cimetière sur terre ferme en assurant que la mer n’est pas un cimetière.

Boubacar Bâ a affirmé que les familles des victimes demandent trois points essentiels du gouvernement sénégalais, en s’exprimant durant l’événement organisé pour commémorer le 19e anniversaire du drame maritime au niveau du port de Ziguincho.

Chargé des affaires juridiques du collectif, Ely Bernard Diatta, a assuré que le renflouement du bateau devra permettre les familles des victimes de les libérer, en leur permettant de faire réellement leur deuil. Il est important de mentionner que seulement 482 corps avaient été repêchés et ont été inhumés dans les cimetières à Mbao et en Casamance dans la banlieue dakaroise.

Que demandent les familles des victimes ?

La vérité sur ce qui s’est réellement passée et l’accompagnement psycho social sont les deux autres points que le collectif assure qu’il est important à satisfaire qui a affirmé quelques avancées dans ce dossier.

Il s’agit de la prise en charge de la construction du mémorial Le Joola, ainsi que les orphelins.

En outre, les familles des victimes souhaitent voir la date du 26 septembre soit décrétée comme jour férié national afin de se souvenir des victimes de ce naufrage.

Une délégation dirigée par Sidiki Kaba, le ministre des Forces armées a pu assister à l’événement célébré en mémoire des victimes portant sur le Naufrage du Joola et la lutte contre la propagation de la pandémie, l’irresponsabilité se poursuit.

Ce thème a été choisi durant cette année car il invite les sénégalais d’adapter des comportements citoyens collectivement et individuellement pour prévenir tout risque sécuritaire et sanitaire préjudiciable à leur survie. Un budget constitué de plusieurs millions de dollars soit l’équivalent des milliards de CFA selon le convertisseur dollar en CFA ont été mis en place par les autorités sénégalaises pour lutter contre la propagation du Coronavirus.